CATHERINE BOLDUC

Le bout du monde est une installation éphémère in situ au parc Jean-Drapeau (île Sainte-Hélène, Montréal) dans le cadre d’Artefact Montréal  – Sculptures urbaines 2007 (commissaires : Gilles Daigneault et Nicolas Mavrikakis). Les artistes devaient réaliser une œuvre sur le thème du pavillon afin de souligner l’anniversaire de l’Exposition universelle de Montréal (Expo 67). Le bout du monde est un « pavillon » constitué d’une porte au sol qu’on ne peut ouvrir. Depuis l’autre côté de celle-ci proviennent des sons remixés de feux d’artifice, de tonnerre et d’une boîte à musique jouant Love Story. À travers le judas se dévoile un pétillement lumineux qui évoque un ciel étoilé suggérant que le monde est inversé. 

2007, porte, lecteur MP3 audio, haut-parleurs, judas, stroboscope, contenant en plastique et paillettes, 203 cm X 91 cm X 40 cm


Le bout du monde is a temporary site-specific installation in Jean-Drapeau park (Sainte-Hélène Island, Montreal) as part of Artefact Montréal  – Sculptures urbaines / Urban Sculptures 2007 (curators: Gilles Daigneault and Nicolas Mavrikakis). The artists were asked to make a work on the theme of “the pavilion” in order to mark the anniversary of the Montreal World’s Fair (Expo ’67). Le bout du monde is a “pavilion” consisting of a door in the ground that one cannot open. From beyond this door comes the remixed sounds of fireworks, thunder and a music box playing the theme from Love Story. Through the peephole a luminous twinkling is revealed, evocative of the starry sky and suggesting that the world has been turned upside down. 

2007, door, audio MP3 player, speakers, door viewers, strobe, plastic container and glitter, 203 cm X 91 cm X 40 cm


photos: Catherine Bolduc

Le bout du monde